Artemisia

 Artemisia Gentileschi (1593 – 1653)

Gentileschi_Artemisa_Danae_1612_musée d'art Saint_Louis

Fille du peintre Orazio Gentileschi, orpheline de mère, elle apprend très tôt à peindre dans l’atelier de son père. Je ne vais pas vous raconter sa vie ici, vous en trouverez un résumé sur Wikipedia ou pour les plus passionnés vous pouvez lire la biographie romancée écrite par Alexandra Lapierre, Artemisia.

Aujourd’hui, je voulais saluer, outre la peintre talentueuse, la femme libre et l’artiste engagée dans l’Italie du XVIIe siècle.

C’est en effet la 1ère femme à avoir intenté (par l’intermédiaire de son père) un procès pour viol. Procès qu’elle l’a gagné, après avoir été humiliée et, procédure courante à l’époque pour prouver l’innocence de la victime, mise au supplice. Cette épreuve consistait à enserrer les doigts dans des entrelacs, torture qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques en la privant de la pratique de la peinture.

A cette époque, les femmes étaient mineures à vie, dépendant soit du père, soit du mari. Elle ne pouvaient rien faire seules : ni voyager, ni signer un contrat, ni même percevoir une rémunération. Artemisia est aussi la 1ère femme à avoir été admise dans un atelier de dessin, à avoir vécu en femme indépendante ou à diriger un atelier de peinture.

La visite guidée, c’est par ici !

 

Publicités

16 commentaires

  1. Je ne connaissais pas Artemisia, pourtant j’ai parcouru tous les musées et expos de Rome !
    En plus j’aime beaucoup cette période Renaissance, les tableaux sont magnifiques.
    Bravo pour tes 2 derniers posts que j’ai lus avec grand enthousiasme, c’est très enrichissant 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Tu racontes si bien Nat. Quelle merveille de trouver des artistes femmes et d’en parler, de les raconter. L’histoire semble ne se rappeler que des artistes hommes. Continue à nous raconter ces belles histoires avec des femmes hors du commun. Moi je suis à fond bon public !

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais aussi eu la chance de voir cette expo… Magnifique ! Maintenant, je retournerais volontiers en Italie pour revoir les œuvres d’Artemisia, notamment à Naples, au musée Capodimonte où se trouve « Judith décapitant Holopherne ».

    J'aime

  4. J’avais eu l’occasion en 2012 de voir au musée Maillol quelques unes des œuvres d’Artemisia Gentileschi. Une occasion unique de découvrir une artiste exceptionnelle qui n’a été reconnue que récemment, après quatre siècles de mise à l’index sous prétexte qu’elle n’était pas un homme. Merci pour cette évocation d’une artiste encore trop méconnue.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s