La Fornarina

Voici la suite de mon dernier article

A la mort de Raphaël, en 1520, on trouva dans son atelier un tableau représentant une jeune femme sensuelle au regard espiègle et aux seins nus, sublime pour les uns et vulgaire pour les autres, qu’il gardait pour lui-même et dissimulait aux regards des visiteurs.

Qui est donc cette jeune femme ?240px-Raffael_La Fornarina1

Ce n’est que bien plus tard que l’on a appelé ce tableau la Fornarina, car le modèle serait Margherita Luti, fille de boulanger et amante de Raphaël.

Raphaël et la Fornarina par Ingres

 

Cette idylle entre La Fornarina et Raphaël a été immortalisée par Ingres.

 

 

Voici la traduction adaptée d’une légende écrite en romanesco (dialecte romain) par Giggi Zanazzo (poète et écrivain Romain – 1860-1911) :

Elle s’appelait la Fornarina, parce qu’elle était la fille d’un boulanger qui tenait boutique dans une petite rue du Trastevere. Elle était donc « Trasteverine », et belle comme un coeur ! Un jour, alors qu’elle était, comme à son habitude, en train de se coiffer à sa fenêtre, vint à passer un brave peintre, un certain Raphaël, qui travaillait tout près, à la Villa Farnese. A l’instant même où ils se virent, les deux jeunes gens tombèrent éperdument amoureux l’un de l’autre, d’un amour fou. On dit qu’il laisser tomber son travail pour aller la voir et qu’ils se retrouvaient le long du Tibre. On raconte que le maître du jeune artiste, quand il ne voyait pas son élève, l’envoyait chercher sur les berges du fleuve où il était toujours sûr que se trouvaient les deux tourtereaux. Lorsqu’il peignait, le peintre ne voulait pas d’autre modèle que sa douce aimée, si bien que l’on ne sait pas sur combien de tableaux elle figure. C’est ainsi que la Fornarina dut à celui qui deviendrait le grand Raphaël, l’honneur de symboliser la Madone dans un grand nombre de tableaux. Nombreux sont les fidèles qui viennent prier la Vierge, ignorant que celle qui a prêté ses traits à la mère de leur Dieu était une modeste fille de boulanger !

Raphaël semble avoir peint pour lui-même ce portrait, pour lequel aucune commande n’a été trouvée, contrairement à ses autres tableaux.

Dans ce tableau, de nombreux détails révèlent la passion de Raphaël pour son modèle, comme la perle de sa coiffe, signe d’amour, ou les feuilles de laurier en arrière-plan qui font penser à Daphné, l’aimée d’Apollon. Sur le bracelet qui entoure le bras du modèle, on peut lire une étrange signature « Raphael Urbinas », qui peut être interprété comme un symbole de possession sentimentale de la part de l’artiste.

Ce portrait suscita d’ailleurs un tel enthousiasme qu’il fut maintes fois copié, Stendhal s’extasiera devant la poitrine de la dame, et Picasso exécutera une série de dessins érotiques mettant en scène le peintre et son modèle.

250px-Fornarina_03

D’après l’historien d’art Daniel Arasse, La Fornarina répondrait à La Femme voilée, symbole de chasteté, peinte en 1516.

Les deux portraits seraient donc des variations sur le thème de la beauté féminine.

Suite à une question pertinente posée dans un commentaire ci dessous, je vous précise que le tableau se trouve aujourd’hui au Palais Barberini à Rome.

Publicités

22 commentaires

  1. Ron dit :

    Wow ! What a fire of divine beauty !
    Distance can not stop your flight
    Exiled you seek the point illumed
    and least, enamored of the light
    you are a butterfly in flame consumed…

    Aimé par 1 personne

    1. italiepassion dit :

      Thank you Ron, what’s a charming poestry ! 🙂

      J'aime

  2. Monsieur R. dit :

    Superbe article sur cette histoire très romantique …

    Aimé par 1 personne

    1. italiepassion dit :

      Merci beaucoup 🙂

      J'aime

  3. Belle suite à ton article précédent… et belle histoire d’amour dans un monde où on pense que cela ne peut plus exister…

    Aimé par 1 personne

    1. italiepassion dit :

      Merci Sylvie !

      Aimé par 1 personne

  4. Miss Zap dit :

    Il me tardait de te lire pour en savoir plus. Quelle belle histoire, merci !
    PS : tu le lis dans le texte le romanesco ?

    Aimé par 1 personne

    1. italiepassion dit :

      Merci d’être passée !
      Non, hélas, je ne lis pas le romanesco dans le texte… Ce texte est assez compréhensible, et j’ai adapté en fonction de l’histoire que je connaissais ! 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Miss Zap dit :

        Fallait pas le dire 😉
        Et ce cours d’italien sous titré anglais ?

        J'aime

        1. italiepassion dit :

          Pas eu le temps d’y retourner… mais c’est assez facile pour moi, c’est un cours débutant ! Ce n’est pas que sous-titré, les profs italiens parlent en anglais… ça me fait presque réviser plus l’anglais ! 😉

          Aimé par 1 personne

        2. Miss Zap dit :

          C’est un bon plan : 2 en 1 ! Faut du courage quand même

          Aimé par 1 personne

  5. Bonjour ! Merci, et j’ai apprécié la vidéo qui permet de contempler l’oeuvre, lentement, dans tous ses détails… même si ce n’est sans doute pas comme de pouvoir l’admirer de ses propres yeux ! Où se trouve la toile, déjà !?

    Aimé par 1 personne

    1. italiepassion dit :

      Oups ! Merci pour cette question, j’aurais dû le préciser… Il s’agit d’une huile sur bois (87 x 63 cm) qui se trouve à Rome, au Palais Barberini!
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Galerie_nationale_d'art_ancien_%28Rome%29
      J’en profite pour modifier mon article et mettre ce lien dedans !

      J'aime

      1. Merci !
        Il va falloir attendre un prochain voyage à Rome, alors… mais ce n’est hélas pas prévu de si tôt ! Je pense que nous retournerons à Sienne pour nos retrouvailles avec l’Italie ! :))

        Aimé par 1 personne

        1. italiepassion dit :

          Oh Sienne est magnifique, je te souhaite un bon voyage ! 🙂

          Aimé par 1 personne

  6. Merci Nat pour ces moments de partage. Tu sais parler de l’histoire en nous en racontant avec ta plume très sensible. Tu es une merveilleuse conteuse et j’adore la vidéo très kitch du spectacle

    Aimé par 1 personne

    1. italiepassion dit :

      Merci à toi d’être passée me rendre visite Nath ! Bon lundi ! 🙂

      J'aime

  7. JP dit :

    La Fornarina permet un zeugme : elle était belle et boulangère. Merci de nous avoir rapellé cette histoire d’amour qui nous a donné des chefs-d’oeuvres parmi les plus grands.

    Aimé par 2 personnes

    1. italiepassion dit :

      Merci d’être passé JP et à bientôt !

      J'aime

  8. CuriousCat dit :

    Merci Natalia,
    Même ton sourire virtuel ensoleille mon blog et réchauffe le cœur 🙂
    Oui, j’ai vu la vidéo que tu as ajoutée. Pour être parfaitement honnête, je suis pour ma part plus sensible aux preuves d’amour que Raphaël a apportées à sa belle dans ses tableaux : j’adore ces détails insolites et, au risque de me répéter, adorablement romantiques.
    Merci encore.
    Cat

    Aimé par 1 personne

  9. CuriousCat dit :

    Bonsoir Natale,
    Merci d’avoir tenu ta promesse en nous narrant la fin de cette belle histoire si romantique !
    J’ai par ailleurs découvert le blog « Couloir ou Hublot » auquel je me suis abonnée. Tu as raison de le mettre en tête de liste car tout y est parfait de fond ou de forme. Tant de talents réunis en une seule personne et une vie parfaitement harmonieuse : que dire de plus ??? Sans doute serons-nous plusieurs à chercher sur le blog de Béatrice (Zénitude profonde) la solution pour « créer le job de nos rêves » afin de pouvoir vivre, comme Franck, une vie de rêve plutôt que de continuer à rêver notre vie….:-)
    Bonne fin de journée, à bientôt.
    Catherine

    Aimé par 1 personne

    1. italiepassion dit :

      Merci beaucoup pour tes encouragements Catherine ! Je viens de compléter un peu mon article…
      Pour les blogs que j’aime, en fait, c’est le dernier auquel je me suis abonnée qui apparait en 1er sur la liste, je ne fais pas de classement ! Mais j’adore Couloir ou Hublot, je trouve aussi que son blog est très bien fait, avec des articles très complets et une très belle plume !
      Bonne soirée Cat, et à bientôt ! 🙂

      J'aime

Les commentaires sont fermés.